MC2 MONTECRISTO

Trois entreprises nantaises du monde du bâtiment, Magnum Architectes & urbanistes, Gestion Bat économiste de la construction et POUGET Consultants bureau d’études thermiques et fluides, propriétaires occupants aux valeurs en forte synergie, s’associent pour le projet MC2 : 800m² de bureaux réhabilités pour une performance durable et des lieux responsables, au cœur de l’ile de Nantes. Une rénovation tertiaire à énergie positive, qui traduit sur le terrain dès 2014 les volontés politiques en matière de transition énergétique.

Télécharger le dernier rapport de suivi des indicateurs

Présentation 2015

1er-episode
2d-episode
3-episode
1
Sans titre
Sans titre
plan

En résumé, les points forts du projet :

  • L’approche multi-critère (énergie, sanitaire, urbaine, e-mobilité) s’inscrit totalement dans la trajectoire des réflexions sur les prochaines évolutions réglementaires et sur la transition énergétique notamment avec le groupe « RBR2020 » ; Réflexions Bâtiments Responsables ! Avec MC2, en 2014, nous avons démontré que c’était déjà possible !

  • Concevoir et réhabiliter un immeuble de bureaux au niveau des meilleurs bâtiments neufs ! Exploiter le foncier existant et le gisement d’économies d’énergie à disposition.

  • Intégration d’isolants sous vide pour traiter des points singuliers. Avancée technologique importante en termes de réduction des besoins pour des applications où le gain de place est primordial (principalement en rénovation).

  • Autoconsommation de l’électricité produite via les équipements communs et les vélos électriques, apportant ainsi une offre de mobilité vertueux aux usagers pour les RDV professionnels. Le bâtiment réhabilité s’inscrit dans la ville durable, au cœur du quartier de la création.

  • Suivi énergétique et partage du retour d’expérience ; nombreux capteurs et sous-compteurs permettent de suivre en temps réel le comportement du bâtiment, les consommations, la production. Nous avons communiqué via différents réseaux tout au long de la construction de l’opération (sites XPair, Effenergie, Novabuild), nous pensons bien continuer de façon récurrente pour partager les informations recueillies.

Rationaliser le foncier existant en le portant au niveau des bâtiments neufs les plus performants, voici un de nos enjeux. Aujourd’hui le bâtiment est occupé (juillet 2014) et accueille de nombreux groupes de visiteurs, professionnels ou étudiants, pour faire savoir autour de nous, partager pour faire des émules.

Notre approche sur la performance énergétique croisée avec la santé et les déplacements doux est avant tout motivée par le bien-être des salariés occupants des lieux ! La qualité des espaces intérieurs privatifs comme des espaces partagés (tisanerie, terrasse) contribue à ce bien-être, au plaisir d’évoluer dans des locaux agréables. L’ambiance au travail s’en trouve améliorée, c’est un fait !

Les espaces partagés à disposition des différentes entités nous permettent de mettre à profit les synergies entre nos métiers (architecte, BET, économiste, OPC) pour concevoir et réaliser pour nos clients communs des bâtiments performants, le plus souvent possible, espérons-le.

Par ailleurs le recours à l’autoconsommation de l’électricité produite via les équipements communs et les vélos électriques, nourrit une réflexion importante dans le cadre de la multiplication des bâtiments à énergie positive (BEPOS). Outre le fait de ne pas encombrer les réseaux électriques (problématique ERDF) avec des pics de production (journées ensoleillées), la connexion avec les VAE apporte une offre de mobilité vertueuse aux usagers pour les RDV professionnels. Le bâtiment réhabilité s’inscrit dans la ville durable, au cœur du quartier de la création.

Nous aurons d’ailleurs l’occasion de témoigner au congrès « Nantes vélo city 2015 », en tant qu’intervenant le 4 juin dans l’atelier « branchez vous à l’e-cycle ». Faire savoir que la transition énergétique est en marche sur l’Ile de Nantes !

Concrètement, nous avons concentré nos efforts sur une recherche de la sobriété tous azimuts :

Sans titre

  • Usages de l’énergie : très faibles besoins (chauffage, éclairage, autres), énergie grise…

  • Impacts environnementaux : énergie réseau de chaleur (80% EnR), CO2…

  • Espaces optimisés : densification du site par les extensions / surélévations en toiture terrasse

  • Transports « doux » : implantation urbaine optimisée, 45 emplois en plein centre-ville, utilisateurs des infrastructures de transports en commun et 2 roues

  • Autoconsommation : électricité photovoltaïque réinjectée dans les parties communes et vélos électriques à disposition de la copropriété (station 3 VAE)

Nous avons complété cette approche transverse par un travail sur la santé et le bien-être des occupants via le choix de matériaux sains, l’apport de lumière naturelle, la qualité d’air et de l’acoustique intérieure, pour ce faire, accompagnés des compétences de :

  • WIGWAM Conseil pour l’étanchéité à l’air et la physique du bâtiment

  • MEDIECO pour les questions de santé, qualité d’air et choix des matériaux

  • GAMBA Acoustique pour le traitement de l’acoustique intérieure

Cette opération fait l’objet d’un accompagnement de la part d’EFFINERGIE et de CERTIVEA, projet pilote BEPOS EFFINERGIE Rénovation pour les bâtiments de bureaux. Ainsi, notre retour d’expérience apporte des enseignements en vue de l’élaboration d’un futur référentiel ad hoc (rénovation tertiaire BEPOS). Par ailleurs, dès la première heure, L’ADEME nous a fait confiance et nous accompagne sur ce projet.

Sans titre

L’objectif fort de la performance énergétique dans l’existant nous a conduit à explorer des techniques dédiées, telles que les isolants sous vide* pour traiter des points singuliers. Cette avancée technologique est importante en termes de réduction des besoins pour des applications où le gain de place est primordial :

  • embrasures des menuiseries extérieures

  • gains de place en doublage des murs

  • éviter les marches intérieures pour isoler par l’intérieur (sous chape) des planchers sur extérieur et/ou sur locaux non chauffés

*en 40mm, nous obtenons les performances thermiques de 20cm d’isolants traditionnels (R=5.71m².K/W). Voir reportage photo joint pour les mises en oeuvre.

Dans le cadre de nos partenariats avec Effinergie et l’Ademe, nous avons exploré les deux méthodes de calculs thermiques réglementaires : pour les bâtiments réhabilités (RT ex) et pour les bâtiments neufs (RT2012). Ceci répond également à une certaine attente de pouvoirs publics de pouvoir comparer pour harmoniser à termes les différentes approches.

Voici donc un aperçu des principaux résultats finalisés :

  • RT globale (bâtiments réhabilités) :

  • Déperditions (Ubât) MC2 = Référence / 2

  • Consommations (Cep) MC2 = Référence /4 !

  • RT 2012 (bâtiments neufs) :

  • Approche bioclimatique (Bbio) = 5% de mieux que l’exigence ; bâtiment existant peu adapté à cet indicateur

  • Consommations (Cep) = 35 % de mieux que l’exigence !

Sans titre
Sans titre

Pour certaines applications délicates (encombrements, pénétration de la lumière naturelle,…), nous avons proposé des solutions avec panneaux d’isolations (embrasures de fenêtres et sous-face de porche, …), cf. schémas ci-contre :

Sans titre
1

Dans le cadre de la « chasse aux ponts thermiques », nous avons prescrit le manchonnage des parois intérieures (panneau isolant 50mm, R≈1.00m².K/W), traitement des angles en plafonds des zones chauffées.

1

L’étanchéité à l’air de ce volume bâti très découpé est entre autre assurée par l’usage d’enduit particulier appliqué verticalement et horizontalement , solution permettant la continuité de l’enveloppe étanche, notamment au droit des planchers existants poreux (hourdis briques).

Autre spécificité du projet, là pour des considération de qualité d’air et de santé, il est prévu de mettre en œuvre des plaques de plâtre absorbant 80% des formaldéydes.

Important : A propos de l’amélioration du bâti, l’enveloppe du bâtiment existant est particulièrement découpée avec des baies pas obligatoirement orientées toutes au sud, loin s’en faut. Le coefficient de forme de MC2 est du double environ que celui d’un bâtiment de même taille à trois niveaux superposés ! Les deux tiers des baies sont orientées secteur nord et celles au sud sont passablement masquées par les bâtiments voisins ! Il est important de retenir que dans le secteur de la rénovation des bâtiments existants, ces caractéristiques sont subies, difficiles ou impossibles à modifier, remarque importante à considérer dans les futures éventuelles exigences réglementaires et aussi pour celles des labels de performances !

Choix des équipements énergétiques : « 1/ la « non énergie », 2/ appoint Enr ! »

Après avoir réduit au maximum les besoins, reste à savoir comment assurer l’appoint… Pour cette fois-ci, nous fournirons les choix retenus à ce jour. Lors d’un prochain épisode, nous dévoilerons tout… sur les études des nombreuses variantes, donc les choix retenus :

  • Raccordement au réseau de chaleur urbain (EnR > 80%)

  • ECS électrique avec récupération sur eaux grises (pour la douche après footing sur les berges de l’ile…)

  • Distribution de la chaleur via le vecteur air + radiateurs pour « personnaliser » le confort

  • Ventilation double flux à débit variable, débits hygiéniques x 2, récup > 80%, asservie à la pollution des locaux

  • Puissance éclairage 7 à 12W/m² suivant locaux, gradation et extinction automatique, détection de présence, évidemment ceci en appoint aux dispositifs d’éclairage naturel via des coupoles en toiture

In fine, sur les toits seront disposés des capteurs photovoltaïques pour produire autant d’énergie que celle consommée sous les toits en considérant la totalité des usages, ainsi rejoindre l’objectif BEPOS.

Dans la définition des installations, il est conçu et décrit une installation de suivi complet des mesures des consommations par usages ; chauffage, ventilation, éclairage, bureautique, ECS, autres… ceci pour la totalité des bureaux, c’est-à-dire des trois entités citées, bienvenus au club des « bureaux qui comptent ».

Embarquement immédiat pour une transition énergétique maîtrisée, durable et désirable !

Instrumentation et suivi énergétique : les nombreuses sondes et sous-comptages (73 points de mesure) nous permettent de piloter l’installation et de récupérer les informations usages par usages, zones par zones, pour analyser, comprendre, accompagner les occupants, in fine tirer les enseignements. Le volet pédagogique s’est mise en place avec une réunion d’information pour tous les usagers du bâtiment (26 janvier 2015*). Cette réunion sera reconduite tous les ans pour faire le bilan et trouver l’alchimie, petit à petit, entre la technique et le confort des occupants.

* présentation en pièce jointe réalisée auprès des occupants, servant de trame détaillée sur les prestations et résultats.

Grâce à l’instrumentation et au suivi des consommations, nous rapprocherons les consommations conventionnelles annoncées des consommations réelles.

La notion de temps de retour sur investissement qui a été explorée en période de conception pourra ainsi être vérifiée. Nous savons d’ores et déjà que l’investissement initial n’est pas récupérable par une économie de charge à court terme (au-delà de 30ans…).

1
1

Le suivi énergétique des consommations et productions nous permettra d’avoir un recul intéressant à partager sur cette pratique, afin d’affiner le cas échéant avec les fabricants, avec les pouvoirs publics pour l’écriture des futurs référentiels.

1
1

Nos bureaux qui comptent (AP)

 « A quand la massification de la rénovation du parc ? ». Combien de tribunes, combien de forums pour tenter d’extirper La solution pour ouvrir concrètement cet énorme chantier. La rénovation du parc des bâtiments existants, c’est un des gisements de réduction des émissions de GES et d’économie d’énergie des plus importants ! Cet héritage du passé est notre plus belle chance pour préparer l’avenir des générations futures !

Concrètement, c’est au niveau de nos projets quotidiens qu’il importe de concevoir dans le bon sens, efficace, solidaire et responsable. L’embarquement de la performance lors de la rénovation de nos propres bureaux « MC1 » (rue Marcadet à Paris, 2006) et « MC2 » (sur l’Ile de Nantes, 2014) illustre nos convictions de bon sens.

Les cordonniers confortablement chaussés vous invitent à visiter les lieux !